23 avril 2021
Projets

L’article L.414-4 du code de l’environnement prévoit que les activités de pêche maritime professionnelle fassent l’objet d’une analyse de risque de porter atteinte aux objectifs de conservation des sites Natura 2000. Cette analyse de risque, réalisée en partenariat avec les structures professionnelles, s’appuie sur la méthode proposée par le Ministère de la transition écologique et solidaire en 2019.

 

Dans un principe classique, la méthodologie d’analyse de risque procède par croisement d’une vulnérabilité des habitats avec l’occurrence d’activités de pêche. Ces deux grands objets sont caractérisés, au regard des connaissances existantes, dans leurs différentes dimensions.

 

Concernant la caractérisation des engins de pêche, les caractéristiques techniques des gréements permettent notamment de discriminer les chaluts de fond selon deux types : gréements lourds et gréements légers. Bien que nécessaire pour nourrir les analyses cette distinction binaire apparait aujourd’hui trop pauvre sur les sites Natura2000 pour nourrir des décisions opérationnelles éclairées et efficientes. Un autre élément semblant lacunaire émerge également du terrain autour de la caractérisation de l’impact des pratiques des professionnels vis-à-vis de l’atteinte des objectifs de conservation.

 

le projet CONTRAST à travers ses deux axes de travail propose de poursuivre la caractérisation des gréements et des pratiques au chalutage de fond. L’objectif final étant de proposer des pistes d’actions autour de ces deux axes pour limiter le risque de dégradation des habitats.

 

  • Axe 1 : enrichissement de la caractérisation des gréements utilisés :

L’objectif est de permettre un enrichissement de la caractérisation des gréements afin d’être en mesure de catégoriser les chaluts de fond de façon plus pertinente, considérant au mieux les réalités de terrain dans le cadre de l’application de la méthode d’analyses des risques.

Cette catégorisation se basera sur une série de données issues d’enquêtes auprès des professionnels et des équipementiers permettant de répertorier les éléments constitutifs des chaluts et d’en mesurer le poids apparent.

Cette phase apportera une classification plus fine des gréements utilisés.

 

  • Axe 2 : caractérisation des pratiques et réglages des gréements utilisés

Les pratiques concernant la mise en œuvre des gréements seront répertoriées sur la base d’entretiens réalisés auprès des professionnels. Ce 2e volet permettra de caractériser les pratiques et d’évaluer leurs impacts vis-à-vis de l’atteinte des objectifs de conservation par un groupe d’experts.

L’identification des éléments de pratiques minorant ou majorant les risques de dégradation seront répertorié et évaluer dans cette phase. Cela permettra d’orienter la conclusion sur les risques de non atteinte des objectifs de conservation.

 

  • Axe 3 : Cas pratiques pour des perspectives de diminution des niveaux de risques

A partir d’exemples types de couple engin/habitat un groupe d’expert (scientifique et technique) devra identifier les pistes d’action visant à diminuer les niveaux de risques via le développement et la promotion de bonnes pratiques et/ou d’améliorations technologiques des gréements.

 

L’ensemble de ces 3 volets fera l’objet d’une communication ciblée vers les professionnels. Elle devra sensibiliser les professionnels sur les questions d’interaction engin/habitat et les associer pour communiquer sur les pistes à engager pour réduire le risque de non atteinte des objectifs de conservation.

 

Ce projet a reçu le soutien financier de :

Le programme national FEAMP | L'Europe s'engage en France, le portail des  Fonds européens      Fondation de France — Wikipédia